samedi 14 mars 2015

n°155
Les Joueurs de Skat (1920)
Otto Dix



Cliquez sur l'image pour l'agrandir
kART d'identité

Oeuvre : Les Joueurs de Skat
Artiste : Otto Dix 
Année : 1920
Technique : Huile et collages sur toile
Epoque : Contemporaine
Mouvement : Nouvelle Objectivité
Lieu : Neue Nationalgalerie, (Berlin)


En savoir +
Otto Dix est un peintre traumatisé par la guerre de 1914-1918. Dans une Europe livrée aux dictatures, les artistes ont de moins en moins la possibilité de rencontres et d'échanges, ils peignent un univers qui est leur présent, leur réalité. Cela donne des toiles sombres et réalistes, comme les Invalides de Guerre jouant aux cartes.

Les Joueurs de Skat représente trois anciens combattants mutilés de la Première Guerre mondiale (les Gueules cassées) jouant à un jeu de cartes, le skat, très populaire en Allemagne. Il fait partie d'une série de quatre tableaux peints en 1920 : La Rue de Prague, Le Marchand d'allumettes, Les Joueurs de skat, et La Barricade.

La Rue de Prague
Le Marchand d'Allumettes
La Barricade
(Photographie : le tableau fut détruit en 1954)

Pendant la guerre, 1 500 000 soldats allemands furent mutilés, dont 800 000 amputés. Otto Dix avait aperçu trois mutilés de guerre jouant aux cartes dans l'arrière-salle d'un café de Dresde. Il en a fait aussitôt un dessin préparatoire.
Il peint ensuite ce tableau est assez violent. L’art contemporain n’est pas là que pour faire « joli », il donne à réfléchir.

Le premier personnage, celui de gauche est un homme. On ne peut pas lui donner d’âge tellement sa peau est abîmée. Cet homme est disproportionné, il a une jambe de bois et joue aux cartes avec le pied qui lui reste. Alors que sa manche droite est vide, il sort de sa manche gauche une main articulée avec laquelle il pose ses cartes sur la table. De son oreille part un tuyau qui lui permet d’entendre la conversation. Il doit avoir perdu l’audition lors de la guerre.
Le second personnage, au centre, joue aussi aux cartes. Il lui manque une partie de la peau de la tête: il a été scalpé. Il a deux moignons à la place des jambes qu’il a perdues à la guerre. Si on regarde son corps on voit qu’il n’est fait que d’os, il n’a pas de peau. Ce personnage a un œil de verre et n’a pas d’oreille.
Le troisième personnage n’a pas de jambe , il est posé sur une sorte de socle en fer. Contrairement aux deux autres personnages il a ses deux mains mais l’une des deux est articulée comme un robot et l'autre est aussi une prothèse. Sur son veston il porte une croix germanique: signe de ralliement des Allemands. Il possède une mâchoire mécanique, formée par un fragment de paquet de cigarettes sur lequel est écrit en allemand « prothèse de mâchoire inférieure, marque Dix » et entouré une photo de lui-même par : «seulement valable avec le portrait de l'inventeur ».

Les mutilations renvoient bien sûr à la violence subie pendant la guerre mais aussi de l’impuissance des médecins à réparer les corps ce qui explique ces prothèses.

Le tableau fut caché par un ami du peintre et survécut au bombardement de Dresde en février 1945.




Télécharger et imprimez la fiche repère :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire