jeudi 12 février 2015

n°144
Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique (1910)
Joachim-Raphael Boronali



Cliquez sur l'image pour l'agrandir
kART d'identité

Oeuvre : Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique
Artiste : Joachim-Raphael Boronali
Année : 1910
Technique : Huile sur toile
Epoque : Contemporaine
Mouvement : Excessivisme
Lieu : Milly la Forêt (France)


En savoir +
Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique est un tableau très spécial d’un mystérieux peintre.
Il fut exposé dans la salle 22 du Salon des Indépendants en 1910. Le public, les critiques et la presse découvrent cette œuvre, attribuée à un jeune peintre italien dont personne n'a jamais entendu parler : Joachim-Raphaël Boronali (« JR. Boronali, peintre né à Gênes »).
Le tableau est une huile sur toile de 81 centimètres de long sur 54 centimètres de large. L'œuvre est peinte sur sa moitié haute de couleurs vives orange, jaune et rouge, sur sa moitié basse d'un bleu qui évoque la mer.

Les critiques et le public s’enthousiasmèrent devant ce tableau abstrait.
En fait, ce tableau est …. une farce.

L’histoire remonte au 8 mars 1910. Roland Dorgelès , écrivain, emprunte un âne prénommé « Lolo » à son ami Frédéric Gérard. En présence d'un huissier de justice, maître Brionne, Dorgelès fait réaliser un tableau par Lolo l'âne à la queue duquel on a attaché un pinceau. Chaque fois que l'on donne à l'âne une carotte celui-ci remue frénétiquement la queue, appliquant ainsi de la peinture sur la toile.

L’artiste peintre, Boronali, qui a peint cette magnifique toile est donc en réalité … un âne !

Boronali (Lolo l'âne)
 et Frédéric Gerard
Pourtant, les critiques d'art s'intéressent à ce tableau. Les articles de presse félicitèrent le peintre, sans savoir la vérité, pour sa nouvelle façon de peindre. « Boronali » (ou plutôt Dorgelès !) publia même un Manifeste expliquant que cette toile fait partie d’un nouveau mouvement artistique dont  il est l’inventeur : l’Excessivisme, une manière de peindre en superposant les couleurs vives ! Quel talent pour un âne !

Un peu plus tard, le directeur du journal L'Illustration reçoit la visite de Dorgelès qui lui révèla la vérité : le tableau Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique est un canular, constat d'huissier à l'appui. Dorgelès révèle que le peintre Boronali est un âne dénommé Lolo, et, pour le prouver, montre une photo où l'on voit des plaisantins masqués en train de trinquer derrière un âne à la queue duquel est fixé un pinceau qui applique des couleurs sur la fameuse toile.

Boronali en train de peindre son chef d'oeuvre
Mais alors pourquoi ce canular ? Le but de cette opération était de dénoncer ce que Walter Benjamin appelle "la valeur d'exposition" : présenter une simple peinture dans un beau cadre doré suffisait au public et aux critiques pour l’admirer et trouver l’œuvre réussie.
Dorgelès voulait  montrer que les niais, les incapables et les vaniteux  passaient leur temps à se pâmer d'admiration devant n'importe quoi pourvu que ce soit nouveau…

Bien évidemment, tout le monde ayant été trompé, l'affaire fit scandale !

Finalement, la toile fut rachetée 20 louis (équivalant à 3 500 €). Dorgelès reversa cette somme à un orphelinat.


Télécharger et imprimez la fiche repère :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire